Prologue (partie 1) - Noir Mercenaire

Publié le par Zugus

Prologue

 

L'enfant du Sang

 

 

Ladies and Gentlemen, bonsoir. Je suppose que très peu d'entre vous se plongent dans mon livre en me connaissant déjà. Ce qui est bien. Ce qui veut dire qu'il va falloir que je vous présente ma personne de manière assez convaincante pour que vous ne vous arrêtiez pas à ces premières lignes et que vous souhaitiez parcourir l'ensemble de cet ouvrage. Celui-ci doit vous intéresser, car après tout, il relate des moments importants de ma vie. Et les gens, comme vous et moi, et ce type à l'air bizarre qui, à un moment où un autre, sera assis en face de vous et essaiera de manière plus ou moins discrète à savoir ce que vous lisez, aiment connaître la vie des autres.

Je m'appelle Alexander Bloodson. Mon prénom vient du Grec, et signifiait alors Celui qui défend les Hommes, bien que lorsqu'on se rapporte à moi, il est plus sage d'utiliser la signification littérale de ce nom, Celui qui repousse les Hommes. Quant à mon patronyme maudit qui signifie Fils du Sang, il semble avoir été un présage. Bien sûr, on ne porte pas un tel nom par hasard sauf si le hasard porte le nom de Père William. Dans la nuit du treizième au quatorzième jour du mois de septembre de l'an 1666 de notre calendrier, celui-ci m'a trouvé alors que le désespoir l'avait mené à s'enfermer à l'intérieur de St-Paul, priant le Seigneur pour que le tristement célèbre Grand Incendie de Londres soit abrégé au plus vite. Il entendit le cri de douleur d'une femme qu'il avait alors associé à l'incendie jusqu'à ce que s'ensuivent les pleurs d'un nouveau-né, abandonné là dans une marre de sang, sur le parvis de la cathédrale, sans doute dans un dernier espoir que Dieu tourne son regard sur l'enfant, et le protège des flammes dévorant la cité. Le sourire que j'affichais dans les flammes et le sang lorsqu'il me prit dans ses bras firent penser au Père William que j'étais l'enfant du Diable.

Publié dans Noir mercenaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article