Le souvenir d'un ami

Publié le par Zugus

Le souvenir est une chose étrange en soi. Qu'il soit bon ou mauvais, il ne sera jamais juste. On ne retient jamais d'un mauvais souvenir quelque chose de bon, ou l'inverse. Notre esprit s'engourdit dans l'image que nous avons de ce souvenir, ce qui le fait varier avec le temps, augmentant son poids sur la balance des bons ou mauvais souvenirs. Certains sont capables de nous tirer des larmes, que ce soit de tristesse, de joie, ou de nostalgie. 

Le souvenir en lui-même n'est rien, il est dépendant du point de vue de son conteur. Après tout, si une femme plait à celui qui s'en rappelle, alors le souvenir évoqué et partagé fera d'elle une jolie femme. La subjectivité d'un souvenir lie toujours ce souvenir à d'autres, qui au fur et à mesure que deux jeunes abrutis, ou plus, se les racontent sur le bord d'un trottoir alors que la lune s'élève dans le ciel, forment la vie de celui qui les conte à ses amis. Ses amis, qui sont là pour partager ses souvenirs, apprécier les entendre et rebondir sur ceux qu'ils écoutent pour raconter les leurs. Et en créer de nouveaux, qui, quelques années plus tard, le long d'un autre trottoir, seront racontés peut-être à d'autres. 

Le souvenir d'un amour passé, d'une histoire à deux, déroge à la règle. Revenir sur une relation implique du bon et du mauvais. La rupture donnera toujours un avis opposé. Et bien que je sache parfaitement qu'il y a beaucoup de parties négatives dans la plus belle histoire qu'il m'ait été donnée de vivre, à la question "Est-ce un souvenir heureux ?", je répondrais que de tous les souvenirs, le plus beau et le plus heureux des souvenirs est celui qui nous permet de nous rendre compte que la vie vaut vraiment la peine d'être vécue, pour ce souvenir précis, et tous ceux que l'on peut créer pour rivaliser avec.


Publié dans Émotion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article