Rapport de laboratoire D042 - Genosia

Publié le par Zugus

Rapport de laboratoire n° D042

Projet : Photoénergie

Rapport du Dr. TJ.Daris

le 17 Septembre 2039 à 15h25

Équipe :

Chef de laboratoire : Dr. Toma Junior Daris

Premier assistant : Dr. Stephen Hogart

Remis au PDG de la Sté Powergy Corp, Philip Darson

But de l'expérience :

Le projet Photoénergie repose sur le projet Photogenèse développé par le Dr. Toma Daris il y a trente ans (cf. rapport D004). Après que son projet ait servi à repeupler nos contrées de diverses plantes, afin de créer un environnement plus vert et plus écologique, mon équipe et moi-même proposons de développer une nouvelle énergie. Il s'agit de créer une microfibre capable de réagir à la photosynthèse améliorée citée dans le rapport D004.

Sujet de l'expérience :

Extrait du rapport D004 « La photosynthèse est une réaction biochimique intéressante dans le sens où elle transforme de l'eau en sucre par l'arrache d'hydrogène dans les molécules de cette première afin de les transférer dans les molécules de dioxyde de carbone présents dans l'air dans ce dernier. »

Nous nous concentrerons sur l'arrachage d'hydrogène. Celui-ci n'est possible que par la transformation de l'énergie électronique contenue dans les rayons de lumière en énergie magnétique, processus principal de la photosynthèse. L'idée est de rediriger cette dernière énergie afin d'alimenter un appareil électrique, un moteur et non de transformer l'hydrogène en sucre, comme le ferait une plante normale.

Résultat de l'expérience :

La Chloroticaceae est une nouvelle espèce de bactérie. En effet, les bactéries ont pour propriété de ne contenir aucun organite. La Chloroticaceae, quant à elle, contient des chloroplastes de 370kb. Les différentes cultures bactériennes ont montré que la bactérie se nourrit de minéraux, en plus des sucres qu'elle est capable de produire par photosynthèse.

A partir des minéraux essentiels à la croissance des plantes contenus dans la terre, nous avons créé une microfibre minérale capable de nourrir la Chloroticaceae et ainsi de la fixer en lui servant de support.

Nous avons réussi à optimiser les chloroplastes afin qu'ils absorbent différents spectres de couleur selon les cultures bactériennes effectuées, supprimant la seule couleur verte possible de notre microfibre. 

Conclusion de l'expérience :

Le développement de la Chloroticaceae nous a permis, au stade encore expérimental, de faire marcher un mixer de cuisine et un four à microondes en appliquant notre microfibre sur le châssis des appareils et en y dérivant le câble d'alimentation afin que seule l'énergie magnétique produite par la photosynthèse n'alimente les systèmes. En remplaçant le transformateur de l'alimentation par une batterie, nous avons réussi à donner à notre four à microondes une autonomie de deux heures dans le noir total. Nul doute que nous pourrons pousser très bientôt nos applications à un niveau plus élevé et ajoute notre microfibre à une voiture.

Publié dans Genosia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Ptain sérieux arrête de fumer c'est vraiment trop naze ce que tu écris... Tu espère quoi? qu'on te donne de la tune pour en faire un jeu, un film ou un livre? Faut pas déconner...
Répondre
Z
<br /> Pas vraiment, mes intentions sont plutôt de poser des idées, et de me permettre de piocher dedans plus tard.<br /> C'est avant tout un exercice <br /> <br /> <br />