L'histoire d'un homme

Publié le par Zugus

Un homme qui a trop aimé une femme qui n'a pas pu le supporter. Bien sûr elle l'a aimé, elle l'aime peut-être encore au fond d'elle, c'est difficile de toujours le repousser. Elle a aimé ce qu'il pouvait lui apporter. Il aimait ce qu'il lui donnait. Mais ce trop plein d'amour a tout détruit pour lui. Elle s'est enfuie pour oublier, enfuie pour effacer son souvenir. Elle passe à autre chose, mais ne peut se passer de lui. Il reste là, refusant que tout le quitte, achevant ainsi son annihilation, le rendant complètement vide, perdant ses sentiments et ne devenant qu'un être vivant, et non plus un être aimant. Il a peur, peur de passer à cette étape supérieure que tous doivent surmonter dans une vie d'amour qui précipite dans les abysses de la mélancolie.

L'amour est la source de tout chagrin diront les pessimistes. Je leur répondrais que les chagrins ne découlent que du bonheur, le bonheur de partager l'amour. Toutes les occasions de partager l'amour ne sont pas bonnes à prendre. Il existe des limites morales afin de conserver un esprit sain et éviter de tomber dans une folie chronique de désorientation du coeur. Le coeur qui s'emballe alors de tous côtés, faisant rêver l'homme et la femme dans un fantasme bien souvent innavoué. Le cerveau surchargé par les idées du coeur se laisse emporter à désirer, et ne contrôle plus rien.

Paradoxalement, c'est exactement ce qu'il arrive, quand le libertinage de l'amour est contrôlé, et que l'on rencontre certaines personnes. On ne s'envoit pas en l'air un soir comme ça de passage. Le coeur se marque du visage du partenaire rêvé, les mots s'impriment sur le disque dur anatomique de la mémoire. Et l'on se prend soudain à aimer, sans vraiment savoir pourquoi, tout ce qui peut l'évoquer nous semble heureux et positif. Et l'on se prend soudain à aimer. Et l'on se rend compte qu'il sera difficile d'oublier.

Publié dans Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article