Légendes Thélésiennes : Chapitre I (La punition)

Publié le par Zugus

Une porte s'ouvrit dans le fond de la pièce. Sirion poussa un long soupir lorsqu'il vit apparaître Hélion. Il sentait cette condamnation qui l'approchait. Il ne trouvait pas d'arguments valables pour l'éviter. Pour lui, c'était une sorte d'injustice, de punition non méritée. Et rien, rien, ne semblait lui permettre de passer à côté. Son heure était venue, et il ne changerait pas son destin.

Hélion fit signe à Korto de le suivre dans son bureau, laissant Sirion seul. Ce dernier n'appréciait pas la situation. Il avait beau savoir ce qui l'attendait, l'idée que ce fut bientôt son tour ne l'enchantait pas. Le temps semblait plus s'allonger que s'écouler. La solitude frappait déjà Sirion alors que les voix s'échappaient du bureau, les mots restants incompréhensibles.

Soudain, la porte s'ouvrit laissant sortir un Korto apparemment joyeux, rayonnant. Il afficha un grand sourire presque sadique quand il se tourna vers Sirion Hélion fit signe à ce dernier de venir prendre la place que Korto occupait juste avant. A contrecoeur, Sirion pénétra dans la pièce, pourtant bien plus motivé à s'enfuir.

La grande fenêtre face à la porte donnait un effet surréaliste à la pièce. Kerry avait confectionné des rideaux dans un tissu légèrement bleuté qui teintaient la pièce de ce même bleu. Un grand bureau en bois sculpté d'un extrême finesse se trouvait au milieu de la pièce avec, de part et d'autre, deux fauteuils de bois et velours rouge. Hélion était un homme simple, mais qui, par sons statut, devait jouer énormément sur les apparences. Il portait une barbe courte, aussi blanche que ses cheveux. Son ventre était resté plat avec l'âge. Bien qu'il commençait à se former depuis que Kerry s'occupait des fourneaux. Il dégageait une sorte d'aura paternelle qui était une des raisons du succès de son entreprise. Sa ferme était la première à laquelle les jeunes hommes venaient chercher un emploi. Et il était rare qu'il les refuse, si bien que certains, en parlant de ce lieu, ne l'appellent plus ferme, mais village de Hélion. Sa fortune devenait impressionnante et beaucoup attendaient de lui qu'il s'implique dans la politique de l'état. Il leur répondait toujours en souriant qu'un homme qui s'occupe de sa ferme n'a pas le temps de diriger un pays, et si quelqu'un avait du temps à lui accorder, alors peut-être qu'il améliorerait sa ferme. Cette réponse ne suffisait pourtant pas à décourager ces gens là.

Hélion s'assit sur l'un des fauteuils, invitant le jeune homme à l'imiter.
" -  Je suppose que tu es déjà au courant de la raison de ta présence ici ?
  -  C'est-à-dire que, s'il s'agit de la tâche annuelle, oui, mais...
  -  En effet, comme tu le sais, chaque année, j'envoie une personne différente, tu connaît le pouvoir de la forêt de Boistendre, non ?
Le jeune homme dévisagea son employeur, affolé.
  -  On dit qu'il y a des monstres là-bas, t'es pas sérieux, hein ? Tu ne vas pas m'y envoyer ? Korto y a déjà été, il      saura mieux y faire, non ?
  -  Je n'envoie jamais deux fois la même personne, tu le sais ! Alors bon, non, il n'y a pas de monstre là-bas. Il y a des hommes, des femmes qui y vivent c'est tout. On ne peut pas vraiment considérer ce genre de population comme monstrueuse, non ? En fait la particularité de ce bois, c'est qu'il est très souple et possède un haut pouvoir guérisseur une fois la nuit tombée. Du coup, il est très fatigant d'en récupérer.
  -  Mais, j'aurais des champs à récolter moi, je veux pas aller là-bas.
  -  Et moi, je n'accepterais aucun refus, encore moins de ta part. Je sais que tu es capable de travailler très rapidement. Korto est parti préparer tout ce qu'il te faut. Tu n'auras plus qu'à partir.
  -  Bon j'imagine que je n'ai plus mon mot à dire.
  -  Non, pas vraiment. Tu es toujours libre de partir, mais réfléchis bien.
  -  Il n'y a pas à réfléchir. Je refuse que ça se termine maintenant. J'irais voir Korto au plus tôt. 
  - Dans ce cas, merci pour les trois charrettes avec lesquelles tu reviendras. Je te les ferais parvenir d'ici là.  

Publié dans Thélésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article