Légendes Thélésiennes : Prologue (complet)

Publié le par Zugus

Au début, l'univers était un grand vide. Enfin presque...

    Avant la Grande Symphonie

    Six dieux dérivaient, lentement, sans but précis, créant chacun son tour un monde, puis deux, puis d'autres, encore, toujours. Jamais un monde n'avait été autre chose qu'une simple expérience, un passe-temps. Une majorité des mondes n'étaient pas viables. D'autres n'étaient créés que pour se détruire au fur et à mesure de leur évolution.

    Le fruit du hasard a fait que les six dieux se rencontrèrent, alors même qu'ils n'avaient pas conscience de l'existence des autres. Un dialogue s'instaura, plusieurs siècles durant où chacun des Dieux fit don aux autres de ses connaissances, de ses idées. Mais aucun d'entre eux n'avait jamais créé ce qu'ils étaient alors en train de mettre au point. L'harmonie. Et avec l'harmonie naquit la musique. Et pour que puisse vivre cette idée de la musique, créée par tous les Dieux pour la première fois unis, ils décidèrent, de la même manière, de créer un monde ensemble, un monde qui aurait la particularité de vivre au rythme d'une musique.

    Par soucis d'équité, chacun avait une tâche définie, en fonction de ce qu'il avait déjà su créer. Or, il apparaissait que chacun n'avait jamais créé ce qu'un autre avait fait, et même, ce que lui même avait créé. Rien, jamais, n'avait connu deux fois sa propre création. Jamais n'apparaissait deux fois une même chose. Bien sûr, il y avait des répliques, mais qui connaissaient toutes des spécificités.

    Le premier à agir fut Helotz, dont l'imagination lui avait permis de créer diverses matières invisibles, capables de se mélanger. Il créa ce que les Hommes nomment Air. Lentement alors, commencèrent à vibrer des sons, presque inaudibles, furtifs.

    Kigo, lui, se dit qu'une belle planète devait être solide. Alors il créa ce que les Hommes nomment Terre. De lourdes percussions firent vibrer le monde, puis l'univers au fur et à mesure que la Thélésie se formait. Par jeu, Kigo forma les Montagnes, hautes pointes qui venaient percer les couches d'air.

    Amusée, Cyna ne put s'empêcher de contrarier Kigo avec qui elle s'entendait à merveille. Elle fit couler l'eau, au point de noyer les creux que Kigo avait créé en formant les montagnes. On dit que les cordes de la Grande Symphonie sont faite à partir de cette eau.

    Leoris, lui, n'avait jamais vraiment créé de planète. Il préférait faire ce qu'il nomma étoile. Une boule, perdue dans l'immensité, qui n'avait pour unique but que de diffuser une forte lumière. Plus la lumière était intense, et plus le volume de la symphonie augmentait.

    Noxus, préférait que la symphonie reste douce, plus agréable. Alors, il créa deux astres, semblables au soleil, mais qui ne diffusaient pas de lumière. De plus, il ajouta à la Thélésie un mouvement de rotation, de sorte que la lumière de Léoris ne frappait pas toujours la Thélésie au même endroit. Alors, Leoris fit tourner les astres, de sorte qu'ils soient éclairés par sa lumière, et la reflètent de l'autre côté de la Thélésie. Ce manège les amusait, mais ils permettaient aussi de varier l'intensité sonore de la Grande Symphonie.

    Mais l'apogée de l'oeuvre apparut avec la force de la chaleur d'Aena, qu'elle communiqua à la lumière de Léoris. Ainsi, l'eau s'évapora, ne faisant qu'un avec l'air, s'écoulant sur la Thélésie. Les premières formes de vie apparurent. Et les Dieux se réjouirent de leur création.

Attiré par la puissance harmonique, un esprit se présenta aux six Dieux. Il semblait faible, prêt à disparaître. Il leur signala avoir traversé l'univers en entendant résonner cette symphonie. Il se fit nommer Exor. Les Dieux, touchés par son état voulurent lui accorder une faveur. Ils lui proposèrent de s'installer en Thélésie, et avec eux, d'écouter la Grande Symphonie.

    Alors que les Dieux contemplaient leur création, Exor commençait à s'ennuyer. De plus les Dieux ne semblaient plus prêter attention à lui, tant fascinés par leur Thélésie. Il s'éclipsa, décidant de vivre activement. Il descendit directement au contact de la Thélésie, à la recherche d'un abri pour s'installer, la Grande Symphonie lui donnant la force nécessaire. Mais tout semblait lent, trop lent. Les choses changeaient, mais pas assez vite pour qu'Exor les voit à maturité. Et cela lui était insupportable.

    Exor s'approcha des Dieux, et leur tint un discours sur sa solitude. Les Dieux se réunirent alors, isolés, pour prendre une décision. L'idée d'accélérer la Grande Symphonie ne leur plaisait pas. Mais le remord les rongeait d'avoir abandonné le seul être pensant qu'ils avaient pu rencontrer pour un monde qui pouvait se passer d'eux. Alors ils accédèrent à sa requête.

    Helotz fit évoluer les formes de vies pour créer des oiseaux, de toutes les espèces. Exor en fut ravi, et n'importuna plus les Dieux pendant plusieurs siècles. Puis l'envie de voler avec les oiseaux le prit, mais Helotz refusa de lui en donner la capacité. Alors, lassé de les contempler depuis le sol, il demanda à un autre Dieu de réaliser un exploit semblable à celui de Helotz.

    Cyna s'approcha alors du rivage, et d'un contact de la main, empli les eaux des créatures aquatiques. Exor, ne sachant nager, et se voyant cette capacité aussi refusée, ne put apprécier les poissons, trop éloignés pour être visibles.

    La Grande Symphonie souffrait de ces brusques changements, et les harmonies se perdaient, alors que le tout ressemblait de plus en plus à un désaccord musical.

    Très vite, Kigo modifia d'autres formes de vie, et restaura l'harmonie en créant les plus beaux spécimen de créatures terrestres. La Grande Symphonie se fit entendre, mais les animaux devenaient trop nombreux, et très vite, cela devint incontrôlable, virant à la catastrophe.

    Exor fit une proposition horrible, mais indispensable aux Dieux, qu'ils se virent obliger d'accepter. Par leurs pouvoirs naquirent les prédateurs. Mais là où devait venir le calme arriva la cacophonie. La Grande Symphonie n'était plus reconnaissable. Alors, encore une fois, Exor leur fit part d'une curieuse idée, il leur proposa de créer des hommes et des femmes, des corps habités par des esprits semblables aux Dieux.

    Les Dieux apprécièrent l'idée, mais limitèrent les pouvoirs des hommes. Ils créèrent aussi un corps pour Exor, le seul corps qui ne dépérirait pas, afin que jamais Exor ne disparaisse. Parfois, l'on entend une fausse note dans la Grande Symphonie, due à l'orgueil divin d'avoir créer chacun sa propre race d'homme.

    Et depuis, sans jamais marquer de pause, la symphonie résonne, quelque part, transportant l'écho de ce monde presque parfait...

      Les Hommes étaient donc tous très ressemblants. Mais chaque race portait une distinction divine.

     Ainsi, les Hommes d'Helotz sont appelés Ceux des Nuages. Ils portent des ailes de plumes blanches, bleu pastel, ou grises. Leurs cheveux sont généralement du même échantillon de couleur, auquel on peut ajouter le blond. Ils restent une légende Thélésienne.

     Au même titre apparaissent les Hommes des Profondeurs, créés par Noxus, plus petits que la moyenne de la surface, ils ont le teint blanc. La couleur de leurs cheveux vire d'un rouge pénétrant à un blanc sage. On leur attribue toutes les innovations technologiques.

    Mais des Hommes ne font pas parti des légendes. Ils furent créés par plusieurs Dieux. Leoris, Kigo et Cyna s'étaient unis pour créer les Hommes des Forêts. Sans doutes les plus variés, y compris dans leurs idées. A tel point qu'ils se séparèrent en trois factions.

    Les Hommes de Léoris prirent leur nom d'Homme des Plaines car ils transformèrent leur lieu de naissance afin de le cultiver. Ils construisirent des villes sur plusieurs continents et fondèrent la Nation de Crystal. Ce nom leur vient de la capitale de la Nation, Dragorius. Dragorius, la cité des Dragons était réputée en ses beaux jours pour sa grande tour de cristal qui s'élevait dans le ciel telle une flèche cherchant à atteindre le domaine des Dieux. Les crystaliens forment un peuple très organisé, que ce soit d'un point de vue économique ou militaire.

     Les Hommes de Kigo devinrent les Hommes des Bois. Très vite ils entrèrent en communion avec la nature, qu'ils considèrent comme une partie de l'esprit de Kigo. Ils sont de fervents défenseur de la nature, tout en permettant aux Hommes des Plaines de s'en servir, s'ils jugent leur utilisation inoffensive pour celle-ci. Les Hommes des Bois ont pris des traits physiques qui les rapprochent de la nature. Ainsi, les hommes ont les cheveux qui peuvent être vert feuille et tourner au bleu nuit, alors que les femmes ont les cheveux couleur d'automne. Ils n'ont aucune structure à proprement parlé, car sous leur protection, la nature leur offre le foyer dont ils ont besoin.

    Les Hommes des Côtes se sont rapprochés de Cyna, fascinés par cette grande étendue bleue qu'ils se sont promis de dompter. Ce sont les meilleurs marins. Ils sont indispensables aux Hommes des Plaines pour voyager. Physiquement, on ne peut les différencier de ces derniers.

     Ces trois peuples exilaient leurs criminels sur le Continent des Dunes, dirigé par Aena. Étrangement, peut-être à cause de leur environnement hostile, leur comportement était opposé à ce que l'on pensait en leur faisant subir cette sanction. Les Hommes du Désert naquirent en s'unissant pour survivre. Alors Aena, qui n'avait créé aucun peuple les prit sous sa protection.

      Une nuit, les Dieux se réunirent, invitant Exor, pour faire un point sur leur symphonie. Elle résonnait à merveille. Mais Exor leur rappela les fausses notes qui se laissaient entendre, parfois si faiblement que même les Dieux ne parvenaient à les déceler. Pour une raison obscure, Noxus, pourtant très proche de Léoris, se leva et l'accusa d'avoir été le premier à conférer un caractère unique aux Hommes, imité de près par Kigo et Cyna. Ce caractère unique aurait créé leur séparation, et les fausses notes seraient apparues.

       Léoris lui renvoya que même s'ils avaient été pareil, ils auraient forcément appris à vivre différemment. N'y avait-il pas plusieurs dérivés de chaque animal. Il était logique que les Hommes ne soient pas tous identiques. La symphonie l'exigeait.

      C'est lors de cette dispute, dont les conséquences se font encore ressentir de nos jours, que les Dieux décidèrent de s'intégrer à la symphonie, et descendirent sur la Thélésie auprès de leurs peuple. Si Noxus avait réellement eu un peuple, alors il faudrait le trouver, et l'exterminer. Telle avait été la décision de Léoris. Et les Homms des Plaines le suivirent. Leurs alliés naturels des côtes et des forêts le rejoignirent de même. Ainsi, Noxus et son peuple furent chassés. Très vite, les Hommes des Fôrets se languirent de leurs arbres, et les Hommes des côtes savaient qu'ils ne trouveraient pas les Hommes des Profondeurs sur l'eau.

      On dit que les Hommes de Noxus apparurent une nuit au pied de la ville de cristal, Dragorius. Armés d'engins de siège, et de multiples instruments de guerre, ils se ruèrent sur la ville. Les Hommes des Plaines, préparés à les exterminer, les affrontèrent. Et la guerre dura plusieurs semaines, alimentée par une haine divine. On dit que lorsque les machines de siège eurent raison du cristal, et que la tour se répandit sur le champ de bataille, un cri retentit, violent, terrorisant. Nul n'aurait su dire si le nom de Noxus ou de Léoris avait été prononcé. Mais les Dieux se matérialisèrent instantanément auprès de l'auteur du hurlement.

       Sa rage était intense. Il semblait pourtant si jeune, mais déjà une couronne d'or était échoué sur son crâne blond. Ses yeux étaient rouge par la fatigue, sa peau était blanche par la faim, ses mains tremblaient par le froid. Mais sa voix ne portait aucune de ces marques lorsqu'il défia les Dieux de se battre ensemble, contre lui et son épée, s'il gagnait, la guerre prendrait fin, sinon il espérait que le combat commencé, les Dieux le finiraient entre eux.. Les Dieux relevèrent le défi. Au premier coup, le jeune roi tomba. Comme un seul homme, les deux armées se ruèrent vers Noxus et Léoris, chacun tombant sous les coups de son propre peuple.

       Assisté du général de guerre des Profondeurs, le jeune roi se releva, en piteux état, la mort l'appelant. Il poussa à nouveau son cri de rage. Hurlement animal et pourtant si humain. Il s'approcha des Dieux, et conclut un pacte avec eux.

       De ce jour, la lignée des Coeur de Dragon, comme il fut appelé, dirigea le peuple de la Lumière au côté de la lignée des Yeux d'Abîmes, descendante du général de guerre des Profondeurs. Pour respecter l'équilibre, Dragorius serait constamment plongée dans les ténèbres sur sa moitié Est, et dans la lumière sur sa moitié Ouest.

      Sur la prononciation de ce pacte, la Terre se fendit, portée par la chaleur des  eaux et des vents, vers l'extrême Nord de la Thélésie. Et seule une petite île abritant la ville de Dragorius en ruine se trouva là où la Thélésie ne voyait jamais s'estomper la limite entre les lumières et les ténèbres. Et les six Dieux s'évanouirent, loin de la symphonie, mais toujours à son écoute.

     Vingt générations plus tard, le Roi Fallern Coeur de Dragon reçu la visite d'un être étrange, extrêmement vieux, mais en pleine santé. Il lui demanda une audience privée. Le Roi accepta, et sortant de sa salle de réception privée déclara que...

 

 

 

Publié dans Thélésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Bien. Très bien même ! Voila une cosmogonie des plus originale, et des plus intéressante. Vraiment, j'ai beaucoup apprécié.<br /> <br /> Je t'avais demandé "franc ou élogieux", finalement je suis les deux ! xD
Répondre
Z
<br /> Ben t'auras plus qu'à faire tourner :)<br /> <br /> <br />