Solitude

Publié le par Zugus

    La Solitude m'a frappé il y a quelques temps. Je vous explique. J'habite chez mes parents. Cette semaine, ils sont de mariage dans l'Ariège. Pour l'occasion je revois mon ex, qui habite au mexique, avec qui j'ai gardé de très bons contacts ( dis moi si je me trompe ) mais qui est rentrée passer ses vacances en France, revoir ses amies...et un peu moi. Diverses affaires à se rendre ( oublie pas mon boxer la prochaine fois ),  pas mal de choses à se dire, une amitié à fonder. Enfin, tout ça nous a pris trois jours. Et là, son départ.

    Son odeur envahit ma chambre. Ma facheuse habitude à être un bisounours ( entendez par là, amateur de bisous et calins ) a même laissé son odeur sur mes bras. Alors bon, je vois venir vos réflexions...Non, le problème avec son odeur, c'est juste que ça m'a poussé à me rendre compte qu'il y avait encore quelques heures quelqu'un avec moi. Et que là, je suis seul avec moi-même.

    J'ai eu un mal fou à trouver le sommeil. Mais il fallait que je le trouve, j'avais un entretien d'embauche ( réussi, merci gro ) qui m'attendait le lendemain. Et voilà qu'aujourd'hui, il est 6h du matin, et je n'ai pas dormi, de peur de retrouver cette angoisse, ce sentiment étrange et déprimant qu'est la solitude. J'ai toujours eu besoin des autres, du contact avec les autres. Depuis que j'ai connue Ninon ( mon ex ), je supporte difficilement de dormir seul. C'est comme si je perdais mon temps.

    Je vais peut-être revenir aux peluches, faute de mieux. J'aimerais tellement, là, maintenant, avoir quelqu'un près de moi. Avoir quelqu'un dans les 90m² que mes parents m'ont laissé une semaine. Mes occupations habituelles, même si elles sont, en majeure partie, indépendantes des gens qui m'entourent, me semblent soudain fades. Il ne me reste plus que l'écriture. Et ce blog, qui me pousse à réfléchir sur moi-même.

    Je me sens triste, et je comprends enfin ceux qui disent qu'ils sont seuls. Qu'ils se sentent seuls. J'ai mis 20 ans à savoir ce que ça voulait dire. Et ça n'aura duré que deux jours. Mais pour rien au monde, je ne voudrais retenter cette expérience. J'y repasserais forcément. Il faudra bien que je quitte le cocon de la famille, des amis. Mais alors, j'aurais probablement un but. Ou des colocataires, voire une petite amie. Alors, que là, je n'ai rien, rien d'autre que de me languir des gens que je voudrais voir.

Z

Publié dans Émotion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Beaucoup sont passés par là, moi aussi, souvent. Le besoin de serre quelqu'un dans ses bras, le besoin de parler, le besoin d'aimer.<br /> <br /> La solitude nous guette et nous agresse, parfois, elle nous domine. J'ai mis 21 ans à découvrir les effets désastreux de la solitude, de la déprime.<br /> <br /> Ce genre d'épreuves qui nous sont réservées ne sont jamais agréables, mais il faut les affronter. Elles nous permettent de forger notre personnalité, de nous découvrir, d'avancer, de devenir plus fort.<br /> <br /> T'ain c'est ouf comme t'écris bien Zug ! j'suis jaloux !<br /> (lol, dsl, commentaire 4 mois apres la date de publication de l'article, mais je viens a peine de découvrir ton blog)
Répondre